s.s. nautilus
Journal de bord du Nautilus : 28/03/2021
Les beaux jours reviennent et avec eux le temps des manifs. Encore pas mal de vert et de rouge par cet aprem ensoleillée et des bleus très très discrets...

Une fois de plus donc, suivant les conseils de notre premier sinistre avec sa devise "Dedans avec les miens, dehors avec le chien"*, nous avons marché pour dénoncer le foutage de gueule qu'est la loi climat qui sera "discutée" demain à l'Assemblée. On ne se faisait pas beaucoup d'illusion sur le fait que Micron ferait ce qu'il avait dit. Donc après le "grand" débat, on a doit à une énième déclaration à la COP ou la Grenelle qui brasse du vent mais n'aura aucun effet. Enfin gardons l'espoir, une autre fin du monde est possible !

Parmi les slogans de la manif, un ou deux vraiment sympa : "Moins de degrés sauf pour la bière" ou bien "Libérez les cyclistes enfermés dans leurs voitures".

Une étude vient de calculer qu'à la fin de ce siècle, l'été durera plus de la moitié de l'année. Alors je crois qu'on va devoir encore marcher pas mal...

* Citation légèrement modifiée par le Canard ;-)


Journal de bord du Nautilus : 20/03/2021
J'adore Corinne Masiero. Son capitaine Marleau, sorte de Columbo au féminin est un vrai régal. A la cérémonie des César de Canal+, Corinne a choqué le bourgeois en se foutant à oilpé pour dénoncer les conditions d'existence des intermittents du spectacle. Un groupe de députés utraconservateurs a même voulu signaler l'actrice au procureur de la République pour "exhibition sexuelle". Guillaume Meurice a interviewé l'un d'eux et c'est édifiant.




Cela dit beaucoup sur l'état mental de la vieille société patriarcale qui refuse de mourir. On a parfois l'impression d'être sous Pompidou...

Alors merci Corinne pour ce que tu fais. Montrer qu'une femme, c'est aussi quelqu'un qui ne veut pas subir le diktat de l'apparence et qui montre son corps tel qu'il est, sans fard ni fausse pudeur. Tu fais avancer la cause féministe autant que tous les discours.




Journal de bord du Nautilus : 23/02/2021


Journal de bord du Nautilus : 11/02/2021
La mode est au revival notamment les années 70 avec la sortie de la saison 3 des petits meurtres d'Agatha Christie dont les premiers épisodes font effectivement ressurgir de vieux souvenirs d'enfance (eh oui, ça ne nous rajeunit pas ;-). J'ai un petit faible pour cette série et le moins que l'on puisse dire est que la saison 3 démarre sur les chapeaux de roues (de R15). C'est drôle, bien filmé et les dialogues sont toujours aussi incisifs. Bref, une vraie réussite.

Autre série du même temps, sur Canal cette fois-ci mais contrairement aux plateformes fermées, type Netflix, un coffret DVD est disponible. Moins de streaming, plus d'écologie.




La série raconte sous forme humoristique la naissance du Groupe d’Étude des Phénomènes Aérospatiaux Non-identifiés, le GEPAN. Cette division du CNES a été créée pour étudier et donner une explication rationnelle aux phénomènes OVNI qui ne sont multipliés à cette période.

Décidément, très actif en ce moment, c'est Thylacine qui assure la bande originale. Pour composer cette musique rétro-futuriste, il s'est enfermé pendant 2 semaines dans le temple au sens religieux du terme de la musique électronique, le SMEM (Swiss Museum for Electronic Music instruments) de Fribourg. Il a pu utiliser la playroom du musée pour composer une musique très moderne et envoutante sur instruments d"époque. Il a aussi fait appel à Yan Wagner, artiste éclectique et très doué, pour le morceau titre 1978.




À noter que le SMEM ouvre sa playroom à tous. C'est notamment ce qu'à pu faire LOOK MUM NO COMPUTER , un anglais complètement déjanté qui fait de la musique avec à peu près n'importe quoi qui contient un minimum d'électronique comme, par exemple, reproduire le son du logo THX à l'aide de 48 Gameboys !




Je recommande chaudement sa chaîne YouTube.


Journal de bord du Nautilus : 03/02/2021
Fini les blablas, les One Planet Summits, les Grenelles et autres COP. Il faut les forcer et les voilà condamnés pour la première fois.




Ce n'est qu'une première victoire mais il en y aura d'autres. Il faut leur reprendre le volant dans mains et appuyer sur le frein.

Continuons le combat !